Je privilégie quand je le peux le train à l’avion

Voyager en avion, c’est pratique pour nous emmener loin, très loin. Mais le transport aérien n’est pas sans conséquence sur notre environnement: c’est le transport le plus polluant. Malheureusement il est trop souvent sollicité pour de courtes distances.. Alors, limitons ce moyen de transport aux cas de force majeure !avion

L’avion : une pollution palpable 

Par leur consommation de pétrole, les transports aériens émettent des gaz à effet de serre en grande quantité, mais également des gaz polluant nocifs pour la santé comme l’oxyde d’azote, dioxyde de soufre ou encore le monoxyde de carbone. Plus précisément, on estime à 118 g l’émission de CO2 / km pour un vol long-courrier et à 145 g CO2 / km pour un vol domestique. En effet, c’est au décollage et à l’atterrissage que sont enregistrés les plus grosses émissions de polluants et de CO2.

Un autre problème se pose, c’est celui des nuisances sonores dont les populations survolées par les avions sont victimes.

Pour éviter que le ciel ne nous tombe sur la tête, il est donc préférable de privilégier le train à l’avion, notamment pour les courtes et moyennes distances. En effet, le train est le moyen de transport le moins polluant et le plus performant en France (même avant la voiture). Il faut savoir que sur une distance équivalente, l’avion émet en moyenne 300 fois plus de CO2 que le train.

Le train, mode de transport le moins polluant 

train

Le réseau des grandes lignes TGV commence sérieusement à s’étoffer et on peut estimer qu’en dessous d
e 700 km, le train représente un gain de temps et de pollution par rapport à l’avion ! Les habitués de l’aéroport le savent bien: il faut arriver 1h à 2h en avance, prévoir les trajets entrant et sortant de l’aéroport ou bien encore faireune escale de plusieurs heures…

Dans un monde préoccupé par la concentration dans l’atmosphère de gaz à effet de serre, le train devient le mode de transport idéal. Avec une émission de 13 g CO2 / km, le TGV devance même la voiture électrique avec 22 g CO2 / km ! Par exemple, un trajet Nantes-Lyon émet 102 kg de CO2 par passager en avion. En train, ce trajet représente seulement 3,2 kg de CO2.

Prendre son temps et relativiser en vacances 

Si la seule solution pour relier Paris à New York est un vol long courrier, il reste tout à fait possible de visiter toutes les grandes villes françaises ou européennes en transports plus “propres”. Ainsi boudez l’avion ou la voiture pour tester InterRail par exemple, et limitez votre empreinte écologique !

Le voyage en lui-même fait partie du plaisir des vacances car, “dans un voyage ce n’est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout.” (Philippe Pollet-Villard). Alors pourquoi ne pas en profiter pour prendre son temps et faire du Slow travel ?

Le Slow travel autrement appelé éco-tourisme ou tourisme responsable, est une aspiration à la nouvelle consommation plutôt bien adopté par les français et européens. Cette tendance s’inscrit d’avantage dans un état d’esprit à adopter. C’est par exemple, ne plus prévoir de passer une seule nuit sur place mais s’installer dans un lieu pour plusieurs jours, et bien s’imprégner de l’endroit. C’est également l’occasion de faire de belles rencontres et laisser place à l’imprévu ! Bref, profitez du moment présent !

Les petits éco-gestes font les grandes économies et sont bons pour votre compte CO2 !