PrimesÉnergies.fr et le Compte CO2 s’associent pour vous faire bénéficier d’une Prime CO2 ! Inscrivez-vous et estimez gratuitement le montant de cette prime. Et avec le code promo PECOP21, gagnez tout de suite 200 kgCO2 !

Choisir un projet de compensation volontaire

Une entreprise qui décide de se lancer dans un projet de compensation volontaire doit s’assurer que le projet qu’elle a choisi correspond bien à ses attentes. D’une manière globale, elle souhaite savoir comment l’argent qu’elle verse pour la compensation carbone volontaire est utilisé.

Les bonnes questions à se poser

Le renouvellement de la mangrove est un projet de compensation volontaire passant par la séquestration du carboneLa première question à se poser est bien sûr celle du sens du projet de compensation  volontaire choisi. Par exemple, une entreprise trouvera plus symbolique de choisir un projet de séquestration du carbone à travers un programme de reforestation de la mangrove en Guyane quand une autre trouvera plus pragmatique un projet de compensation du Compte Épargne CO2 permettant aux particuliers de financer leurs propres travaux de rénovation énergétique.

La question du sens et de la finalité est donc primordiale, car c’est sur ce sujet que l’entreprise va pouvoir ensuite communiquer sur son action.

Les choix d’un projet de compensation volontaire

Une entreprise va choisir un projet de compensation volontaire en fonction de :

  • qui sont les destinataires des fonds de compensation carbone. Par exemple pour compenser ses émissions de CO2, une entreprise va s’assurer que le projet de compensation volontaire ne finance pas indirectement un de ses concurrents.
  • quel pourcentage du montant investit qui revient aux actions de réductions effectives d’émissions de CO2. Il s’agit du rendement de l’investissement. Par exemple certains opérateurs prennent 45% de frais de dossier, et donc seuls 55% vont finalement financer le projet de réduction d’émissions de CO2.

Quelles garanties pour l’entreprise ?

Une entreprise qui se lance dans un projet de compensation volontaire va bien évidemment attendre en retour des garanties, pour des raisons de sécurité et d’intégrité. Il existe plusieurs labels de projets de compensation volontaire.

Par exemple un nombre restreint de projets de très grande qualité parviennent à obtenir un label de l’ONU(voir Protocole de Kyoto) dans le cadre notamment de la Mise en Oeuvre Conjointe (MOC) de la convention des Nations Unies sur les Changements Climatiques (UNFCCC ou CCNUCC).  Le Compte Épargne CO2 fait partie de ces projets de compensation volontaire.

le Voluntary Gold Standard ou le Voluntary Carbon Standard sont aussi largement utilisés pour les projets de compensation volontaire.