Donald Trump quitte l’Accord de Paris



Les États-Unis d’Amérique sont le deuxième pays le plus émetteur de gaz à effet de serre, derrière la Chine. Donald Trump a annoncé hier qu’il quittait l’Accord de Paris. Cette décision est regrettée quasi-unanimement.

Donald Trump sort de l’Accord de Paris

Le 1 er juin 2017, le président des Etats-Unis, Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris. L’accord a été établi en 2015, lors de la COP 21, en France. Il définit des objectifs mondiaux de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, pour limiter le changement climatique à une augmentation de 2°C des températures par rapport à la période 1880-1889.

Les États-Unis avaient ratifié l’Accord de Paris sous le mandat de leur ancien président, Barack Obama. Étant donné le poids d’un point de vue des émissions de CO2 des États-Unis, ce choix opéré par l’ancienne administration des États-Unis avait eu un impact important sur les négociations et sur le contenu final de l’Accord de Paris.  Depuis son élection, Donal Trump n’a pas caché son souhait de sortir de l’accord. Pour lui, celui-ci est un frein à la croissance économique des États-Unis.

Rappel sur les modalités d’entrée en vigueur et de sortie de l’Accord de Paris

195 pays sont signataires de l’Accord de Paris. Avant que celui-ci entre en vigueur, il a du être ratifié. La condition pour qu’il entre en vigueur était qu’au moins 55 pays représentants 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre le ratifie.  L’accord est entré en vigueur le 4 novembre 2016 après avoir été ratifié par 147 pays.

Suite à sa décision, il faudra néanmoins attendre la fin de l’année 2020 pour que les États-Unis sortent réellement de l’accord.  En effet, un pays ne peut pas quitter l’accord dans les 3 années qui suivent sa ratification (novembre 2016). Il doit également attendre une année de préavis.

Les réactions face à l’annonce de Donald Trump

Aux États-Unis, d’importants acteurs avaient demandé au président américain de rester dans l’Accord de Paris. C’est notamment le cas de Apple, Google, Facebook et Microsoft. En effet, la sortie de l’accord pourrait réduire la compétitivité des entreprises et des grands groupes américains.

Lors de sa déclaration, Donald Trump a déclaré qu’il représentait les habitants de Pittsburgh et non ceux de Paris. Le maire de Pittsburgh, Bill Peduto, a néanmoins soutenu qu’il continuerait à suivre les directives de l’Accord de Paris.

Le président de la République française, Emmanuel Macron a déclaré respecter la décision de Donal Trump bien qu’il trouve cette décision regrettable compte tenu de l’importance des enjeux climatiques. Pour Nicolas Hulot, nouveau ministre de la Transition Écologique et Solidaire, la décision du président américain pourrait bien renforcer la cohésion et l’engagement des autres pays dans l’Accord de Paris.

La Russie n’était quand a elle pas signataire de l’Accord de Paris. Néanmoins, fin mai, le directeur du service hydrométéorologique russe, Alexander Bedritsky a déclaré que la Russie allait signer l’Accord de Paris dans les prochains mois.

 

Ainsi, la décision des Etats-Unis de sortir de l’Accord de Paris ne semble pas affecter les engagements des autres pays signataires. Il semblerait même qu’elle puisse renforcer les engagements des pays et des grandes entreprises.