Le Plan Climat : Tous les axes présentés en un clic !

Le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot vient de dévoiler ce jeudi 6 juillet 2017 son Plan Climat dont le slogan « 1 planète, 1 plan » montre l’enjeu de la lutte contre le changement climatique. Intéressons-nous dans cet article aux principaux points énoncés dans ce plan.

Rendre irréversible la mise en œuvre de l’accord de Paris grâce au Plan Climat

L’Accord de Paris définit l’objectif général adopté par tous les pays membres de la COP21 de limiter le changement climatique à moins de 1,5°C d’ici 2100 par rapport à la température de la planète à l’ère pré-industrielle. Une réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre de 80 à 95% d’ici 2050 a donc été fixée. La France s’engage dès à présent à réduire ses émissions de 100 % d’ici 2050 par rapport au niveau de 1990 afin d’atteindre la neutralité carbone. La neutralité carbone est l’objectif ultime pouvant être atteint par un pays dans sa lutte contre le changement climatique. Cela veut dire ne plus émettre du tout de CO2 (ou de compenser la totalité des émissions de CO2 incompressibles restantes).

Pour permettre la réussite du Plan Climat, mais aussi le respect des engagements pris lors de l’Accords de Paris, il est important de mobiliser les nations engagées. Le gouvernement proposera la validation du Pacte mondial pour l’environnement rassemblant les objectifs de tous les pays engagés. Le Pacte mondial pour l’environnement est un texte créé le 24 juin 2017 par 80 experts du monde entier qui évoque les grands principes du droit environnemental. Le gouvernement commencera également à travailler sur la mobilisation des agences de l’ONU pour agir pour la planète en septembre 2017, lors de la prochaine Assemblée Générale des Nations Unies.

Le Plan Climat améliore le quotidien de tous les Français

La rénovation thermique et l’éradication de la précarité énergétique en 10 ans sont deux points importants du Plan Climat. La précarité énergétique définit la situation dans laquelle une personne utilise plus de 10% de son revenu annuel pour les dépenses énergétiques liées à son logement. Près d’1 foyer sur 5 est en situation de précarité énergétique en France. Beaucoup de moyens sont mis à disposition pour aider à la rénovation des foyers comme ceux de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) et de l’Anah (Agence nationale de l’habitation). Pourtant ils sont peu connus car il y a près de 7 millions de bâtiments mal isolés en France, créant ce qu’on appelle des “passoires thermiques” qui doivent disparaître d’ici 10 ans grâce aux plans de rénovations. Pour résoudre ce problème, une feuille de route sera mise en place pour 2018 et proposera entre autre des outils efficaces pour la performance énergétique, ainsi que des solutions de financement adaptées.

D’ici 2040, le gouvernement envisage d’arrêter la vente de voitures roulant aux énergies fossiles. Pour aider les gens possédant d’anciens véhicules, une prime à la transition est étudiée ainsi qu’un fonds pour la mobilité durable afin de pouvoir développer des carburants alternatifs (électricité, Bio gaz naturel véhicule).

L’État incite les Français à consommer de manière responsable et solidaire notamment en se renseignant sur l’empreinte environnementale des produits de consommation. Il soutient également l’autoconsommation locale d’énergie (consommer l’énergie que l’on produit soit-même) pour développer les énergies renouvelables.

Les entreprises devront aussi agir pour réduire leurs émissions. Une offre d’accompagnement gratuit pour les petites entreprises sera proposée par l’Ademe. Par ailleurs, un financement des rénovations thermiques avec crédit adapté sera proposé par BPI France (Banque Public d’Investissement).

En finir avec les énergies fossiles et s’engager vers la neutralité carbone avec le Plan Climat

Avec l’augmentation du prix de la taxe carbone (qui passera d’un prix actuel d’environ 30,50 €/t CO2 à plus de 100€ d’ici 2030), les centrales électriques à charbon émettant de grandes quantités de CO2 devront être remplacées par des moyens de production moins polluantes d’ici 2022.

Le gouvernement ne compte plus donner de nouveaux permis d’exploration d’hydrocarbures et ne renouvellera pas les permissions d’exploitation existantes afin de sortir avant 2040 de la production d’hydrocarbures sur le territoire.

La nouvelle stratégie est de viser la neutralité carbone pour 2050. L’État compte donc mettre en place une stratégie bas-carbone et basse de consommation d’énergie.

Plan Climat : faire de la France le N°1 de l’économie verte en faisant de l’Accord de Paris une chance pour l’attractivité, l’innovation et l’emploi

 La lutte contre le changement climatique coûte des milliards de dollars chaque année. En effet, réduire les émissions de gaz à effet de serre implique notamment de créer de nouveaux moyens de production énergétique. Le développement des technologiques vertes exige donc de nouveaux financements.

L’objectif numéro 4 du Plan Climat proposé par Nicolas Hulot met en avant la recherche et l’innovation pour trouver des solutions d’avenir. Ainsi, des programmes de recherche seront créés afin de respecter les engagements de la France dans le cadre de la COP21. Ces programmes portent sur : le solaire photovoltaïque haute performance, les batteries électriques et leur recyclage, les nouveaux modes de transport et sur le numérique dans le secteur de l’énergie. Le développement des réseaux électriques intelligents, ou smart grid, est également mis en avant car ceux-ci permettent une gestion plus efficace des réseaux électriques en favorisant l’information entre les fournisseurs et les consommateurs.

De plus, le Plan Climat a également l’ambition de faire de la France la capitale de la finance verte et de la finance responsable. Pour cela, le gouvernement soutiendra la création de nouveaux labels de référence impliquant de nouvelles obligations en faveur de l’environnement (label Transition énergétique et écologique pour le climat, financement participatif pour la croissance verte, …).

La France mise également sur le développement des énergies renouvelables. En effet, leur part devra représenter 32% de la consommation énergétique française d’ici 2030, dont 40% pour la production d’électricité. Le but est de simplifier les procédés administratifs pour l’installation des moyens de production des énergies renouvelables. De plus, le gouvernement soutiendra le développement des systèmes de stockage énergétique.

Mobiliser le potentiel des écosystèmes et de l’agriculture pour lutter contre le changement climatique

Cet objectif vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre produit par les activités agricoles françaises et améliorer le captage du carbone par les sols. L’agriculture est le deuxième émetteur de gaz à effet de serre en France. Une transformation de notre mode de production agricole actuel sera donc discutée afin de respecter les objectifs dans la lutte contre le changement climatique. Cette transformation prend en compte la réduction des quantités d’engrais azotés, un plan d’action pour la préservation des sols, ainsi que des mesures pour renforcer le captage du carbone par les sols.

La protection et le développement des espaces forestiers français sera également mis en avant afin de préserver le captage des émissions de carbone.

Renforcer la mobilisation internationale sur la diplomatie climatique

Au sein de l’objectif 6, la France propose d’encourager l’Union Européenne à consacrer plus de financements à la lutte contre le changement climatique. Elle propose également d’augmenter les finances réservées à la mise en œuvre des politiques climatiques dans les pays en développement.

La France fera également un appel international dans l’optique de stopper le financement des installations de production d’énergie à base de charbon.

De plus, Nicolas Hulot réaffirme les engagements pris par la France lors de l’Accord de Paris, en mettant en avant les actions de l’Agence Française de Développement afin d’accompagner les efforts des pays en développement dans la mise en œuvre de ces engagements. L’Agence Française de Développement a pour objectif de lutter contre la pauvreté et de favoriser le développement énergétique dans les pays du Sud et des Outre-mer au moyen de subventions, de prêts ou de fonds de garantie.

Le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot a donc présenter la feuille de route de la France, avec un objectif ambitieux visant le neutralité carbone en 2050. Il reste donc à présent à connaître l’agenda regroupant les mesures concrètes que celui-ci souhaite mettre en place afin d’atteindre ces objectifs. Le Compte CO2 suit bien évidemment ce dossier de très près !